(Ré)apprendre à s’aimer

S’aimer soi-même est le début d’une histoire d’amour qui durera toute une vie.

Oscar Wilde – Artiste & écrivain (1854-1900)

L’amour de soi, un sujet complexe qui revient très souvent (notamment sur les réseaux sociaux) et qui présente de nombreux impacts sur les relations que l’on a avec soi-même mais également avec autrui. C’est un sujet qui m’a toujours fasciné et dont j’aimerais te parler aujourd’hui pour en soulever certains points.

Mais qu’est ce que ça signifie réellement, « s’aimer »? Quelle importance cela pourrait-il avoir et quels bienfaits peuvent en découler? Et enfin, comment y parvient-on?

C’est à ces différentes questions que je vais tenter de répondre dans cet article.

Petit rappel avant de commencer toute chose : je ne suis ni médecin, ni psychiatre, ni psychologue. Les informations que tu trouveras dans cet article sont le fruit de mon raisonnement personnel ainsi que des recherches que j’ai effectué sur le sujet. Comme tu le sais peut être déjà, je m’intéresse de très près à la psychologie et aux relations humaines. C’est en partie pour cette raison que ce blog a été créé. L’idée est ici de te partager mon propre raisonnement sur différents sujets et de te fournir certains outils afin de te donner des idées et/ou de t’aider dans ton cheminement personnel. Je ne délivre ici aucune vérité générale car dans un premier temps je ne suis pas habilitée à cela, et dans un deuxième, même la psychologie n’est pas une science exacte.

Aller, c’est parti !

S’aimer, qu’est ce que ça signifie exactement?

Il existe plusieurs formes d’amour et il convient tout d’abord de les différencier afin de ne pas les mélanger.

Celui dont on parle le plus souvent est en général l’amour « amoureux », que l’on éprouve pour une personne que l’on rencontre à un moment de notre vie et qui nous donne des papillons dans le ventre, qui nous rend parfois un peu niait (avouez le aha), qui nous transporte, nous fait vivre beaucoup d’émotions et qui fait l’objets de nombreux livres, films, dessins animés etc.

Nous connaissons tous également l’amour « familial » qui comme son nom (que j’ai complètement inventé parce que je ne vois pas comment le nommer autrement) l’indique, est l’amour que l’on peut éprouver pour ses parents, ses frères et sœurs si on en a, ainsi que les autres membres de sa famille.

Dans le cas d’une amitié très forte (et ce n’est que mon point de vu) je pense que l’on peut totalement parler d’amour également, par exemple d’amour familial lorsque l’on considère une personne que l’on aime beaucoup comme un membre de sa famille ou d’amour amical quand on voit une personne comme son/sa meilleur(e) ami(e) voir comme une sorte d’âme-sœur.

Mais on a tendance à tellement se focaliser sur les différents types d’amour évoqué ci-dessus que l’on en oublie souvent un, qui est selon moi le plus important de tous : l’amour de soi.

Forcément, on ne va pas ressentir de papillons dans le ventre en se regardant dans la glace, se faire des câlins à soi même et se dire je t’aime chaque jours alors comment savoir si on s’aime vraiment?

Tout d’abord, on pourrait par exemple se focaliser sur les comportements que l’on adopte avec les personnes que l’on aime en regardant si ce sont des choses que l’on s’applique également à soi-même.

Lorsque l’on aime une personne, on souhaite son bonheur. Le fait qu’elle soit heureuse et qu’elle aille bien est pour nous important et on cherchera souvent à contribuer à ce dernier par des actions, des gestes de la vie quotidienne ainsi que par des principes et valeurs qui constitueront les piliers de la relation. Ces derniers peuvent dépendre des relations et varier en fonction des personnes. Ce ne sera donc pas forcément les mêmes pour tout le monde mais il y a certains principes généraux que toutes les personnes qui s’aiment ou qui partagent une relation amicale aspirent à avoir en commun :

Le respect, la gentillesse, la confiance, la bienveillance, l’indulgence, l’empathie, la loyauté…

Ce sont ces différents principes, qui constituent les relations saines en amour comme en amitié, que l’on oublie souvent d’appliquer à soi même et qui, par conséquent, entravent l’amour de soi et notre relation à nous-mêmes.

S’aimer soi-même c’est donc commencer par appliquer les principes que l’on applique à une personne qu’on aime, à soi même.

Petite parenthèse pour éclaircir certains points et emmener plus loin le raisonnement :

S’aimer ne veut pas dire tomber dans l’égoïsme/l’égocentrisme profond et/ou le narcissisme. Cela requiert comme dans toute chose une mesure, et s’aimer trop revient à se faire des illusions sur soi-même, à s’idéaliser, parfois donc à se mentir à soi même et aux autres. L’idéalisation, qui peut également être ressentie envers une personne tierce n’est pas une forme d’amour, du moins saine. C’est un sentiment nous poussant à sortir de la rationalité et à considérer l’autre ou soi-même non pas comme une personne à part entière avec ses défauts et ses qualités mais comme une sorte d’entité, de surhomme/femme frôlant la perfection. Il est donc important de bien distinguer l’un et l’autre et de garder en tête que l’amour de soi dont il est question ici est un amour sain. L’idéalisation quant à elle est illusoire et donc à terme, décevante. Il en va de même pour le narcissisme qui revient à ne pas avoir une vision nette et rationnelle de notre véritable personne. De plus ce sentiment résulte souvent d’un mal intérieur profond, il va donc selon moi contre cette idée réelle d’amour de soi.

On retiendra alors que s’aimer c’est également avoir du recul sur soi-même, être conscient de ses propres qualités et défauts, les accepter et garder en tête que nous sommes des êtres humains, qu’on ne peut pas être parfait et qu’on a pas à se blâmer pour ça.

L’importance de s’aimer et les bienfaits qui en découlent

Si s’aimer c’est se respecter soi-même, avoir confiance en soi, être bienveillant, indulgent, emphatique envers nous-mêmes et rester fidèle à soi-même, alors l’importance de ce sentiment n’est plus vraiment à démontrer. En effet ces différents principes, une fois appliqués à soi, pourraient nous permettre de nous sentir plus en paix et en harmonie avec nous même. Ils nous aideraient par exemple à ne pas culpabiliser de manière exagérée après avoir commis une erreur (l’erreur est humaine), de ne pas systématiquement remettre en question notre valeur après un échec, mais simplement d’être conscient de nos forces et faiblesses et de travailler dessus afin d’évoluer de manière saine et positive. Il nous permettrait également d’arrêter de complexer pour un oui pour un non, d’accepter notre corps comme il nous a été donné, de nous accepter tel que l’on est, dans notre intégralité. Et surtout, de ne pas penser qu’on est mieux ou moins bien que quelqu’un d’autre.

De plus, la relation que l’on a avec nous-mêmes influe généralement sur notre relation aux autres, le plus souvent inconsciemment. Pour aimer une personne il faut d’abord apprendre à s’aimer soi. Et accepter qu’une personne puisse nous aimer. Comprendre pourquoi une personne nous aime, c’est aussi comprendre pourquoi on mérite d’être aimé. C’est, finalement, être conscient des choses que l’on peut apporter et donc, du positif que l’on a en nous.

Pour conclure, s’aimer permet une réelle objectivité sur soi et, par conséquent, est une garantie de sérénité, de paix intérieure. Cela facilite la vie, mais également notre relationnel au quotidien. Autrement dit, c’est un gage de joie, de paix et de bonheur avec nous même, ainsi que le monde qui nous entoure.

Comment s’aimer?

Se porter de l’amour n’est pas chose facile. Certaines personnes y arrivent mieux que d’autres et cela n’est généralement du qu’à une seule chose : le vécu. Il n’existe pas de recette miracle pour apprendre ou réapprendre à s’aimer. Il s’agit plutôt d’un travail à effectuer sur soi au quotidien afin d’améliorer petit à petit la vision qu’on a de nous-mêmes.

En effet, certains facteurs viennent empiéter sur ce processus de développement positif, dont l’un des plus répandu est l’enfance. Car c’est à ce moment précis que se constitue la plus grande partie de la personnalité de l’adulte en devenir. Il est donc extrêmement compliqué de combattre ce sentiment, car ancré au plus profond de notre inconscient.

Mais rien n’est impossible et quant veut vraiment, on peut. La volonté sera un allier de taille, car c’est en elle que tu trouvera la motivation et la force de continuer de te battre sans jamais baisser les bras.

La première chose par laquelle tu peux commencer dans ton processus d’amélioration des sentiments que tu as envers toi-mêmes pourrait être avant tout de comprendre pourquoi tu ne t’aime pas, ou pas assez. Quels peuvent être les facteurs qui ont influencés cet état, ce sentiment.

La deuxième étape pourrait être le détachement de cette vision idéaliste qu’on a tendance à avoir envers les personnes qu’on admire*, qu’on envie, qu’on jalouse parfois…

Pourquoi?

Tout simplement car lorsque l’on se focalise trop sur ce que les autres ont, on a tendance à se comparer, parfois à se rabaisser et/ou à vouloir ressembler à ces personnes. Hors nous sommes tous des êtres uniques et c’est justement notre différence qui fait notre force à chacun.

Vouloir constamment ressembler au voisin c’est vouloir abandonner sa véritable identité pour en revêtir une autre qui n’a finalement pas plus d’importance que l’originale car toutes deux uniques.

*Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas sain d’admirer une personne. Nous avons tous eu des personnes qui, au cours de notre vie nous ont inspirés et ont été des modèles pour nous. L’idée est ici simplement de ne pas tomber dans le piège de la comparaison.

⚠️ Attention, ne pas confondre identité et personnalité.

La personnalité est définie comme l’organisation structurée et dynamique des modes d’ « être », de penser et d’agir d’une personne.

On ne choisit pas sa personnalité, mais il est possible et même parfois bon de s’en éloigner afin de mieux s’ouvrir au monde. (CF : Je te promets la liberté, Laurent Gounelle, 2018).

L’identité concerne quand à elle la manière dont la personne elle-même se définit et se reconnaît. On choisit son identité.

C’est donc le choix de cette dernière qui est important et non le fait de penser qu’on en a déjà une toute faite et qu’il faut absolument la conserver et y rester fidèle. Rester fidèle à soi-même c’est justement aller vers ce qui nous correspond réellement, ce que nous aimons, ce qui nous anime.

C’est pour cela qu’il ne sert à rien de vouloir l’identité d’une autre personne : ce à quoi nous aspirons ne peut être définit et détenu par un seul être.

Enfin, la troisième étape est tout simplement de te dire que tu vas vivre toute ta vie avec toi même et que si tu arrête de te faire la guerre constamment dès aujourd’hui, tu parviendra plus rapidement à connaître le véritable bonheur que tu mérite.

Dans ce cas là, pourquoi ne pas commencer à t’aimer maintenant?

J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’a aidé à y voir plus clair sur ce fameux combat que l’on mène au fond tous à l’intérieur de soi. J’espère également qu’il t’a donné la motivation nécessaire afin de travailler chaque jour pour parvenir un peu plus à t’accepter, à t’assumer et à te chérir.

Je te souhaite une belle journée et bien entendu du bonheur à n’en plus finir ♡︎

1 commentaire sur “(Ré)apprendre à s’aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.